Héctor Freire

satoriTraduction de Cristina Madero et Pablo Urquiza  Révisions de Ghislaine Masset
Diffusion en France : Reflet de Lettres / Abra Pampa Éditions
ISBN : 979-10-91897-00-6
© Reflet de Lettres / Abra Pampa Éditions, Paris, France, 2013
Dépôt légal en France : mars 2013

Ouvrage édité avec le concours du Ministère des Affaires étrangères, du Commerce international et des Cultes de la République Argentine, dans le cadre du programme “Sur” de soutien aux traductions.
Obra editada en el marco del Programa “Sur” de Apoyo a las Traducciones del Ministerio de Relaciones Exteriores, Comercio Internacional y Culto de la República Argentina.

Lire un extrait de SATORI

SATORI

Quien pinta la luz, retrata el tiempo.  Andrei Tarkovski

A Osvaldo Picardo

En Plaza Mitre, al mediodía,  la luz ofrenda un vacío santo  que reposa en el rosal fatigado  de tanta lluvia soñada.  Sin embargo, un bordado de invisible tensión  vuelve frágil ese gesto emocional del verano.

En Plaza Mitre, al mediodía,  todo es sombra constelada de luz  y todo brilla.  El tiempo avanza y retrocede en el rosal:  -y siempre intriga la regularidad  de sus pequeños movimientos- Su sueño dejó de ser una sucesión,  ahora es una situación,  como la de una ola arrebatada al mar.

En Plaza Mitre, al mediodía,  la realidad de la luz  es una hipótesis de la imaginación:  el tiempo muerto de un instante impersonal.

Mar del Plata, Enero 2007

Héctor Freire extraits de SATORI

——————————————————————————–

SATORI

Celui qui peint la lumière, fait un portrait du temps.  Andrei Tarkovski

À Osvaldo Picardo

Sur la Place Mitre, à midi,  la lumière fait l’offrande d’un vide sacré  qui se repose sur le rosier fatigué  de tant de pluie rêvée.  Néanmoins, une broderie d’invisible tension  rend fragile ce geste émotionnel de l’été.

Sur la Place Mitre, à midi,  tout est ombre constellée de lumière  et tout resplendit.  Le temps avance et recule dans le rosier : – et toujours intrigue la régularité  de ses petits mouvements – Son rêve cessa d’être une succession,  il est maintenant une situation,  comme celle d’une vague arrachée à la mer.

Sur la Place Mitre, à midi,  la réalité de la lumière  est une hypothèse de l’imagination :  le temps mort d’un instant impersonnel.

Mar del Plata, janvier 2007